L’assurance maladie: un outil précieux

12/11/2017

Chaque année, l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes inc. (ACCAP) publie les Faits sur les assurances de personnes au Canada, un document qui présente des renseignements concrets sur l’assurance maladie au Canada. L’édition de 2017 est disponible maintenant. Nous sommes heureux de présenter certains des points saillants sur les couvertures que le secteur de l’assurance a fournies en 2016 par l’entremise de régimes de soins médicaux souscrits par des promoteurs. Ces régimes offrent des protections utiles qui aident les employés à rester en santé, demeurer actifs et productifs tant au travail qu’à domicile. Ainsi, les employés bénéficient d’une couverture pour médicaments d’ordonnance, soins dentaires, frais médicaux et séjours à l’hôpital que les régimes provinciaux d’assurance maladie ne paient pas.

La plupart des régimes de soins médicaux font partie des protections d’assurance collective qu’offrent les employeurs, les syndicats ou les associations professionnelles. Les Canadiens peuvent également compléter les régimes gouvernementaux et collectifs au moyen de régimes individuels.

La majorité des Canadiens bénéficient de régimes de soins médicaux complémentaires, d’assurance invalidité et d’autres types de régimes qu’offrent les assureurs. En effet, 80 % des travailleurs canadiens et les membres de leur famille sont couverts par des régimes privés de soins médicaux. Ce pourcentage n’était que de 67 % il y a à peine 10 ans.

Lecture connexe : Aider les patients à maintenir les coûts des médicaments d’ordonnance abordables

En 2016, quelque 25 millions de Canadiens tiraient parti de régimes de soins médicaux complémentaires. Près de 32,5 milliards de dollars avaient été remboursés dans le cadre de ces régimes, et de cette somme, 11 milliards de dollars provenaient du remboursement de médicaments d’ordonnance. Comme c’était le cas par le passé, les principales dépenses des régimes de soins médicaux sont attribuables aux médicaments d’ordonnance. Depuis maintenant plusieurs années, le développement de médicaments de spécialité entraîne une forte hausse des coûts des médicaments. Selon le Rapport d’Express Scripts Canada sur les tendances en matière de médicaments en 2016, même si les médicaments de spécialité n’ont représenté que 2 % de l’ensemble des demandes de règlement, ils ont constitué plus de 30 % des dépenses totales en 2016. On s’attend à ce que ce pourcentage atteigne 40 % en 2022. Par ailleurs, le gouvernement fédéral croit que le prix des médicaments d’ordonnance est trop élevé. Il s’est donc engagé à réformer la manière d’établir le prix des médicaments brevetés au Canada. Pour ce faire, le gouvernement a mis sur pied le Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés. Les changements à l’étude devraient contribuer à réduire jusqu’à un certain point le prix des médicaments de l’ensemble des Canadiens. Le secteur de l’assurance encourage fortement les réformes que propose le Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés, car elles favoriseront la réduction des coûts des régimes. De son côté, l’ACCAP collabore de près avec les autorités afin d’apporter toute l’aide voulue.

Lecture connexe : Les coûts exorbitants des médicaments posent un défi aux familles canadiennes et menacent les régimes d’assurance médicaments

Les régimes d’assurance médicaments permettent aux employeurs d’attirer des employés très qualifiés, d’accroître leur sentiment d’appartenance et leur productivité ainsi que de réduire l’absentéisme et les cas d’invalidité. En plus d’être bénéfiques à la santé des employés, ces régimes atténuent les difficultés financières en cas de maladie. Le Sondage des soins de santé Sanofi Canada de 2016 montre la valeur qu’accordent les employés à leur régime. En effet, 94 % des employés considèrent leur régime d’assurance médicaments comme important ou très important et 93 % des employés disent de même de leur régime de soins dentaires de base. Le fait que les régimes privés d’assurance médicaments approuvent plus rapidement les nouveaux médicaments est l’une des raisons pour lesquelles les employés apprécient tant leurs régimes. Ainsi, les Canadiens ont plus rapidement accès à des médicaments novateurs. Une étude du Canadian Health Policy Institute (CHPI) (en anglais seulement) publiée en 2016 indique que « parmi les 464 nouveaux médicaments approuvés par Santé Canada aux fins de vente entre 2004 et 2013, 89 % (413 médicaments) étaient couverts par au moins un régime privé d’assurance médicaments comparativement à près de 50 % (231 médicaments) qui étaient couverts par au moins un régime public d’assurance médicaments au 31 janvier 2015[1]. » L’étude révèle également qu’entre 2004 et 2013, « en moyenne, les régimes privés couvraient les nouveaux médicaments approuvés par Santé Canada en 132 jours comparativement à 468 jours pour les régimes publics lorsque les médicaments étaient couverts par au moins un régime public et au moins un régime privé au 31 janvier 2015[2] ». [Traduction]

Karen Voin est vice-présidente, Assurance collective et Lutte antifraude, Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes (l’ACCAP).

[1] Sondage Sanofi Canada sur les soins de santé 2016

[2] Coverage for new medicines in public versus private drug plans in Canada, Canadian Health Policy Institute

SHARE THIS POST