Réduire les risques d’empoisonnement à la maison

03/21/2016

Avec raison, les parents craignent beaucoup les empoisonnements. En effet, près de la moitié des empoisonnements surviennent chez les enfants de moins de six ans.

L’empoisonnement figure parmi les quatre principales causes de décès et les cinq principales causes d’hospitalisation chez les Canadiens de tous âges.

Même si un seul décès qui aurait pu être prévenu est de trop, d’importants progrès ont été réalisés en matière de sécurité des enfants : les emballages à l’épreuve des enfants, les centres antipoison provinciaux et la sensibilisation à l’égard de la conservation sécuritaire des produits ont tous permis de réduire de beaucoup le nombre de cas d’empoisonnement sérieux chez les enfants au Canada. On estime chaque année au Canada, que près de trois décès et 900 blessures sérieuses chez les enfants de moins de 14 ans sont attribuables à des empoisonnements accidentels.

Une statistique est toutefois moins connue : plus des deux-tiers des cas d’empoisonnement graves ̶ ceux qui causent une blessure grave ou même le décès ̶ surviennent désormais chez les personnes de plus de 19 ans. Les principales causes de décès liés à un empoisonnement et à des blessures graves chez les adultes proviennent de la consommation d’alcool, de médicaments et de drogues illicites. Chez les aînés, la prise du mauvais médicament ou d’une dose erronée constitue le principal risque d’empoisonnement.

Dans l’ensemble, les médicaments d’ordonnance sont la cause la plus fréquente d’empoisonnements. Viennent ensuite les produits ménagers comme l’alcool, les nettoyants, les pesticides, les fertilisants, les diluants pour peinture et les produits de beauté. Les produits potentiellement dangereux qui ont l’apparence et le goût d’un bonbon, par exemple les vitamines en gélatine, sont particulièrement dangereux pour les enfants. En raison de leurs couleurs vives et de leurs formes qui rappelle celle des bonbons, les détergents vendus en format individuel constituent maintenant un danger et ont fait l’objet d’une étude du Programme canadien de surveillance pédiatrique (en anglais seulement).

Les produits qui ne sont pas conservés dans leur emballage d’origine augmentent le risque d’empoisonnement tant chez les enfants que chez les adultes. Par exemple, chaque année au Canada des adolescents s’empoisonnent au moyen de substances toxiques comme l’antigel qui est conservé dans une bouteille de boisson gazeuse ou d’alcool.

Pour assurer votre sécurité et celle de votre famille, suivez les conseils ci-dessous.

  1. Rappelez-vous que l’expression « contenant à l’épreuve des enfants » ne signifie pas « contenant sécuritaire ». Des études démontrent que près de 20 % des jeunes enfants sont capables d’ouvrir ce type de contenant en quelques minutes, et ce pourcentage a augmenté lorsque les enfants ont disposé de davantage de temps. Même les contenants à l’épreuve des enfants doivent être gardés sous clé.

  2. Conservez les produits toxiques dans leur contenant d’origine et dans un endroit sécuritaire.

  3. Ayez le numéro de téléphone du centre antipoison de votre région à portée de la main et ajoutez-le à la liste de vos contacts dans votre téléphone cellulaire.

  4. Si une personne est évanouie ou a de la difficulté à respirer, composez le 911 immédiatement. Mentionnez au personnel d’urgence que vous pensez qu’il s’agit d’un empoisonnement.

  5. Sachez que tous les foyers ne sont pas aussi sécuritaires que le vôtre. Les jeunes enfants doivent être supervisés chez leurs grands-parents ou chez les autres membres de la famille qui n’ont peut-être pas prévu de mesures de sécurité. Si vous avez de jeunes enfants, assurez-vous que vos visiteurs conservent leurs médicaments et autres produits néfastes dans un endroit sécuritaire.

  6. Si vous êtes âgé ou souffrez de déficience cognitive (en raison d’une maladie, d’effets secondaires d’un médicament, de manque de sommeil ou d’une blessure à la tête), votre pharmacien peut vous aider à réduire le risque d’erreurs dans la prise de vos médicaments en délivrant ces derniers en doses quotidiennes.

  7. Remettez à votre pharmacien les médicaments que vous n’utilisez pas. Il s’assurera qu’ils sont éliminés de manière sécuritaire.

Lecture connexe : Réduisez le gaspillage et jetez vos médicaments de manière sécuritaire

Rappelez-vous également que votre pharmacien est un spécialiste des médicaments d’ordonnance et des médicaments en vente libre. Il est disponible pour répondre à toutes vos questions.

SHARE THIS POST